Jambe d'enfant assis dans un avion

12 conseils pour voyage en avion avec enfant réussi

 

Une forte neige s’abat sur la ville. Le froid et l’humidité vous glacent les os. Vous dégivrez le pare-brise de votre véhicule en pestant, mais une lueur d’espoir s’éveille dans votre esprit. Dans dix heures, vous aurez les pieds dans le sable chaud, sous le soleil du Sud. Un verre de pina colada à la main, vous regarderez avec quiétude les vagues de l’océan déferler devant vous. Vous sentirez le calme et la sérénité vous envahir à l’écoute du doux son de l’eau qui vient rejoindre la plage. Ce sera le paradis. Mais l’enfer vous attend peut-être auparavant.

L’enfer? Oui, car avant de profiter des joies de votre tout inclus (et du « tout exclu » de lavage, ménage et cuisine), vous devrez réussir l’épreuve ultime : prendre l’avion avec vos enfants. Tels Obélix et Astérix devant leurs douze travaux (bon, d’accord, j’aurais dû écrire Hercule, mais je suis fan d’Hergé), voici ce qui vous attend (et comment y survivre, évidemment!).

 

 

 

1 : Remplissez-vous la panse d’avance

 

Un voyage réussi en avion passe surtout par une excellente préparation des bagages à main. Vos petits ont droit à un sac, eux aussi, alors profitez de l’occasion pour avoir tout le « nécessaire-à-distraire »… Le but du voyage n’est pas de faire valoir discipline et rigidité (oubliez-les à la maison). Gardez en tête que même si vacances riment avec constance, cela rime aussi avec déchéance. Le mot apparaît un peu fort, mais lâchez du lest, c’est permis ! Alors, votre nécessaire a tout avantage à contenir des objets habituellement interdits, d’où leur attrait immense et leur efficacité redoutable. Évidemment, ayez en main toute une panoplie d’aliments (et j’insiste sur le mot « panoplie », car plusieurs compagnies aériennes ne servent plus de repas, seulement une maigre grignotine et un petit quelque chose à boire). Bonbons, barres de fruits, céréales sèches (et sucrées !), chocolat, croustilles ou craquelins vous sauveront la vie. Les enfants, la bouche pleine, ont tendance à cesser de geindre, ce qui constitue un avantage indéniable. Mettez le tout dans un seul et même sac, ce qui vous permet d’accéder rapidement aux collations. Pensez à avoir assez de nourriture pour le retour (ou faites une razzia dans le buffet de votre tout inclus pour prendre muffins, céréales et croustilles de maïs pour le retour).

 

 

 

2 : Quand loisir rime avec plaisir…

 

Prévoyez, dans un second sac, une trousse de divertissement. Une petite visite au magasin du dollar s’impose. Pour un budget de 5 à 10 $, vos enfants pourront acheter de nouveaux jouets et du matériel de bricolage qui ne pourront être déballés que dans l’avion. Et qui dit nouveauté, dit intérêt accru! De quoi captiver vos jeunes pour la durée du voyage. Par ailleurs, les consoles portatives de jeu et les tablettes s’avèrent tout simplement magiques pour occuper les enfants (et même les parents) pendant une longue période. N’oubliez pas de recharger les piles avant le départ. Évidemment, quelques bons livres peuvent aussi constituer un divertissement de choix pour ce périple en avion avec enfant. Prévoyez également des écouteurs, si vous en avez, car plusieurs compagnies d’avion ne les fournissent plus gratuitement. Pouvoir écouter la télévision ou de la musique permettra à vos enfants de se complaire dans l’oisiveté la plus totale, comme s’ils étaient à la maison (sic!). Quel calme peut procurer le petit écran : vous seriez fou de vous en passer!

 

 

 

3 : Passez le temps… en souriant

 

Comme vous le savez sûrement, il est nécessaire d’arriver à l’aéroport deux à trois heures à l’avance. Pour les enfants, cela peut paraître une éternité. Par conséquent, vous devez prévoir des activités pour rendre l’attente moins insurmontable (et par le fait même, l’humeur des enfants plus favorable lorsqu’ils pénétreront enfin dans l’avion, ce qui n’est pas négligeable). N’hésitez pas à utiliser la nourriture comme source de divertissement à l’aéroport, en attente de votre vol. Rien de mieux qu’un petit déjeuner à quatre heures du matin pour rendre l’expérience agréable. Personnellement, lors des départs de nuit, je couche mes enfants déjà habillés pour le départ, je les dépose à moitié endormis dans notre véhicule, puis nous mangeons à l’aéroport, après avoir enregistré nos bagages. Voilà 45 minutes gagnées, assis tranquillement en famille, l’estomac et le cœur heureux!

 

 

 

4 : Au pas camarade, au pas!

 

Mine de rien, parcourir les dédales de l’aéroport peut être éreintant pour les petits. De grâce, munissez-vous d’une poussette, et ce, même si vos enfants ont trois ou quatre printemps. Pratique, elle vous permettra d’accrocher vos sacs et d’alléger le poids sur vos épaules (au sens littéral : je ne parle pas du stress causé par votre travail, évidemment). Vos petits pourront roupiller dans la poussette en attendant l’heure du vol. Et vous avez le droit de l’amener jusqu’à l’embarquement. Par la suite, les employés de votre compagnie aérienne vous la redonneront dès que vous sortirez de l’avion, ce qui est fort pratique. Alors, pourquoi faire sans?

 

 

 

5 : Visez le confort…

 

Vous ne serez pas surpris de constater que l’endroit où vous poserez le précieux derrière de votre progéniture dans l’avion revêt une grande importance. Évidemment, voyager en première classe vous facilitera la tâche, mais si, comme moi, vous faites partie de la grande majorité des gens, les membres de votre famille et vous serez serrés comme des sardines en classe économique. Il peut être rentable (la paix intérieure, cela n’a pas de prix !), de réserver à l’avance vos sièges. À ce moment, la première rangée de l’avion offre des places de choix puisqu’elles sont en général plus spacieuses pour les jambes. Aussi, certains avions fournissent, sur demande, de petits lits pour les bébés. Ces deniers peuvent être accrochés au mur situé devant la première rangée. Vos bras vous sauront gré de la fatigue ainsi évitée à tenir votre poupon sur vous pendant quatre ou cinq heures consécutives.

 

 

À défaut de réserver d’avance, vous pouvez avoir de belles surprises en vous présentant très tôt à l’enregistrement des billets. Certaines compagnies permettent également de réserver vos sièges en ligne gratuitement, 24 heures avant le vol. Renseignez-vous ! Si vous êtes quatre ou cinq et qu’un des enfants voyage sur vos genoux (parce qu’il est âgé de moins de deux ans), il peut être avantageux de réserver vos places en laissant un siège vide entre deux des passagers. Souvent, les avions ne sont pas remplis à pleine capacité et le siège libre entre vous peut très bien n’être assigné à personne. Cela m’est arrivé à quelques reprises, ce qui m’a permis de déposer ma plus jeune voyageuse ailleurs que sur mon bronzage tout frais (ou ma blancheur à faire peur, à l’aller).

 

 

 

6 : Prévoyez le pire…

 

Les enfants ont souvent un sens du drame qui dépasse l’entendement. Ainsi, le stress du voyage pourrait faire en sorte que de petits incidents surviennent. S’échapper dans sa culotte, vomir sur vous, se salir en mangeant du chocolat… Voilà de petits et grands désagréments qui rendront vos chérubins et vous bien peu présentables. Et passer huit heures dans des vêtements souillés qui sentent le « revenez-y », voilà qui suffit à rendre le voyage pénible pour tous. Alors, assurez-vous d’avoir dans l’un de vos bagages à main quelques vêtements de rechange. Des sacs de plastique refermables seront aussi salutaires afin de recueillir les vêtements sales (et empêcher, par le fait même, l’odeur de se propager). Des couches en surplus, des mouchoirs et des serviettes humides peuvent également vous sauver la vie durant votre voyage en avion avec enfant.

 

 

 

7 : Laissez-vous bercer par Morphée

 

La manière la plus fantastique de passer un merveilleux voyage semble sans doute celle de faire un petit roupillon. Or, pour un sommeil rapide et agréable, certains éléments peuvent s’avérer bien pratiques. Si votre enfant possède un doudou, il peut être utile de l’apporter (et surtout, de ne pas le perdre durant le voyage). Un petit oreiller ou une veste roulée en boule peuvent également ajouter du confort aux tentatives de siestes.

 

 

 

 

8 : Détendez-vous la mâchoire

 

Les maux d’oreilles peuvent gâcher une partie de votre périple. En mâchant simplement de la gomme, en tétant la suce ou en mettant votre poupon au sein, les tendres oreilles de vos chérubins seront épargnées, ou du moins, la différence de pression ressentie semblera moins intense pour eux et pour vos propres oreilles qui, sans cela, pourraient avoir à endurer des hurlements de douleur durant ce voyage en avion avec enfant.

 

 

 

9 : Bougez!

 

Oui, je sais. Les allées des avions sont très étroites et souvent embourbées. Malgré tout, vous avez tout intérêt à faire bouger vos enfants chaque deux heures environ. Cela sera bénéfique pour la circulation sanguine de vos petits, en plus de constituer une utile balade vers la toilette (comme s’il y avait d’autres destinations possibles dans l’avion…). Remarque, vous pourrez peut-être visiter la cabine des agents de bord. Évidemment, si vos jeunes sont du type « avion à réaction », laissez leur petit moteur s’activer avant même l’embarquement. Les longs couloirs des aéroports conviennent tout à fait à ce genre d’exercices. Par exemple, parcourez les tapis roulants en sens inverse (en particulier ceux qui sont horizontaux). N’hésitez pas à relever le défi, vous aussi. Vous pourrez ainsi perdre quelques calories en attendant de visiter les buffets à volonté dans votre trop-inclus (oups ! je veux dire tout inclus).

 

 

 

10 : Respirez par le nez

 

Votre attitude durant le voyage est capitale. Si vous êtes calme et zen, vos enfants risquent fort bien de mieux réagir au voyage. Par contre, si vous stressez, vous risquez de leur transmettre vos inquiétudes. N’oubliez pas que le but premier d’un voyage est souvent de relaxer. Nul besoin d’attendre d’arriver à destination, et encore moins d’investir dans un cours de yoga préalable à vos vacances, pour décrocher enfin. Il suffit de respirer profondément et de vous dire que tout va bien aller. Et si des pépins surviennent, souriez! Vous pourriez être en train de pelleter au Québec!

 

 

Mère assise avec son fils qui mange en avion

 

 

11 : Soyez réaliste

 

N’ayez pas d’attentes démesurées envers votre petit clan. Gardez en tête qu’il est normal que les enfants aient envie de bouger, qu’ils pleurent ou fassent du bruit par moment. Il se peut que votre marmaille attire les regards désapprobateurs d’adultes souhaitant commencer d’ores et déjà la relaxation du voyage. Si vous êtes du genre à faire de l’humour ironique, proposez-leur des bouchons. Sinon, laissez-les se plaindre, ils ne bénéficieront que davantage de leur escapade une fois à destination. Le simple fait d’être à l’aise avec les débordements lors de vos voyages en avion avec enfant vous permettra d’intervenir plus calmement. Et règle générale, les gens sont tout de même tolérants.

 

 

 

12 : Profitez de votre voyage

 

Prendre l’avion avec enfant constitue toute une aventure. Laissez-les s’émerveiller, prenez les petits tracas avec un grain de sel et dites-vous que quatre, huit ou même douze heures, c’est vite passé (rappelez-vous votre accouchement… je blague !). Alors, bon voyage!

 

 

 

 

 

Texte : Anik Routhier

 

 

À LIRE AUSSI:

Avion : augmenter ses chances de survivre à un accident et contrer le mal d’oreille!

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *