Montée dans les montagnes à vélo

À vélo en Norvège… en avril!

 

En vélo en avril, es-tu fou? J’ai souvent eu droit à cette réaction en parlant de mon périple à vélo en Norvège. J’ai pédalé un peu partout sur la planète dans des conditions pas toujours facile et ce n’est pas un peu de neige qui va me faire reculer. Je suis natif du Québec après tout,  une des régions les plus froides de ce monde…

 

La Norvège se trouve en Scandinavie; une région au nord de l’Europe qui regroupe le Danemark, la Norvège, la Suède, l’Islande et la Finlande. La route Helgelandskysten (route numéro 17), qui est la plus longue des Routes touristiques nationales,  franchit le cercle arctique, longe le plus fort courant de marée du monde ainsi que l’exceptionnelle montagne de Torghatten est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Carte route en Norvège

 

 

Le pays, qui est riche d’une côte de plusieurs milliers de kilomètres entrecoupée de fjords,  est la destination nature par excellence. Il faut aimer le calme et la tranquillité pour apprécier ce pays. Forêts, fjords, lacs et montagnes enneigées constituent l’essentiel des paysages. C’est un endroit par excellence pour faire du cyclotourisme.

 

J’enfourche donc mon vélo en Norvège et emprunte la fameuse route nationale de Helgelandskysten, qui est longue de 433 km et incluent six traversiers. J’ai décidé de l’emprunter malgré les fortes montées et le froid d’avril encore bien présent à cette période de l’année.

 

Voyageant à vélo en Norvège de façon autonome,  j’ai le privilège d’arrêter quand bon me semble. Je n’ai qu’à prévoir le ravitaillement en eau et en nourriture le long de mon trajet, ce qui peut quand même parfois s’avérer difficile étant donné  la petitesse des villages traversés.

 

 

Vennesund

J’ai posé ma tente pour la nuit dans le camping tout près du port de la ville de Vennesund. En soirée, je suis allé voir les pêcheurs au quai. Ils revenaient de leur journée de travail et s’apprêtaient à préparer leurs poissons. D’énormes morues fraichement sortie de la mer.

 

Tente sur le bord de l'eau en Norvège

 

 

En Norvège, tu as le droit de pêcher presque partout. La pêche en mer ne demande aucun permis et l’accès en bord de mer est habituellement libre. En règle générale, vous n’avez pas besoin de l’autorisation du propriétaire pour utiliser une canne à main pour pêcher sur ses terres.

 

Pêcheurs sur un quai

 

 

Tjøtta

Une grosse journée à rouler dans la brume et la fine pluie. Je monterai ma tente sur le bord de la mer sans la moindre vue, à cause de l’intense brouillard. Le lendemain matin, à Tjøtta, c’est avec émerveillement que je découvre ce que j’ai manqué la veille. Des montagnes blanche et de l’eau turquoise, la Norvège tel qu’on peut l’imaginer dans toute sa splendeur.

 

Tente dans le brouillard

Tente devant paysage de mer et de montagnes enneigées

 

 

Aldersund

Une dure matinée m’attend ce matin avec mon vélo en Norvège avec une température glaciale et une interminable montée de 12 km.  La descente est rapide et aussi glaciale, mais me procure une adrénaline incroyable. Il y a également beaucoup de tunnels à traverser. Sur mon vélo, un système de lumière avant et arrière me permet d’être facilement repéré par les automobilistes, ce qui sera très utile car les tunnels ont jusqu’à trois kilomètres. Neige, grêle et vent ne m’empêche pas de contempler le majestueux paysage d’Aldersund. Je peux rouler en ayant les yeux rivé sur le décor, car nul besoin de me préoccuper du pavé qui est impeccable et sans le moindre défaut.

 

Paysage de mer et de montagnes

 

 

Furøy

En cette soirée de printemps, le soleil se couche vers 22h30. La lumière au sommet des montagnes de Furøy est éblouissante. Ses couleurs orangés et bleutées colorent la neige des sommets.  La saison la plus chaude commence à la fin juin et dure jusqu’au début du mois d’août. Il ne fait alors jamais complètement nuit, ce qui est un répit apprécié des habitants après un long hiver sombre et froid. Cette nuit a été particulièrement froide et un léger manteau blanc m’attend à la sortie de la tente au petit matin.

 

vue sur les montagnes à la brunante

 

 

Camping sauvage

En Norvège, le camping sauvage est autorisé partout  grâce au  droit d’accès à la nature (allemannsretten « le droit de tous »).

 

Il faut toutefois respecter les règles :

-Ne pas camper dans les champs cultivés et les aires de repos.

-Planter sa tente à au moins 150 mètres des habitations.

-Et surtout, ne laissez aucune trace.

 

En demandant l’accord d’un propriétaire Norvégien, j’ai pu dormir une nuit sur sa terre en bord de mer. Il m’a donné des œufs et de l’eau pour mon petit déjeuner. Il était bien heureux d’accueillir un cycliste canadien!

 

L’hospitalité norvégienne

Il est tout à fait possible de faire la route Helgelandskysten à vélo, en voiture ou en camping-car. L’hospitalité des Norvégiens est à s’y méprendre.  Ils ne font pas le premier pas pour entrer en contact avec vous, mais si vous avez besoin d’un renseignement ou d’aide, ils feront tout pour vous aider.

 

 

LOCALISATION

En Scandinavie, nord de l’Europe

Oslo, la capitale

Latitude : 59°54′45″ Nord
Longitude : 10°44′45″ Est

 

POPULATION

5 233 000 habitants 2016

 

TEMPÉRATURE

En avril, entre 0 et 16oc à Bodo/ Juillet, entre 10 et 20oc.

 

S’Y RENDRE

Montréal, Toronto, Oslo ou tout autre connexion via une capitale européenne.

Aéroport  d’Oslo-Gardermoen 35 kilomètres au nord-ouest d’Oslo.

 

TRANSPORT

Un système d’autobus circule quotidiennement sur la route numéro 17.

 

LANGUE

Norvégien. Anglais grandement répandu.

 

À SAVOIR

Aucun visa n’est exigé.

Plusieurs guichets automatiques, mais plus difficile à trouver en campagne.

Vent souvent très fort et vêtements imperméables sont de mise.

 

LIEN UTILE

Les 18 Routes touristiques nationales

visitnorway.fr

 

 

Texte et photos : Daniel Charbonneau

 

Daniel a passé 20 ans à parcourir la planète. Après avoir fait quelques tours du monde, avoir visité plus de 80 pays sur les cinq continents, parcouru la Terre Sainte, marché sur la Muraille, touché le Taj Mahal et Petra, flotté sur la Mer Morte, vu Angkor Vat,  mangé une panoplie d’insectes, il a visité l’Iran, les Territoires Palestiniens, traversé des frontières à pied et à vélo, côtoyé la joie, la pauvreté et la mort dans un hôpital de Delhi. Et ce n’est pas fini…

Pour en apprendre plus sur les voyages de Daniel, visitez le site CONFERENCEVOYAGE.CA.     

 

 

 

À LIRE AUSSI : 

Sur les routes d’Islande en 4X4

 

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *