Voyage

Sur les routes d’Islande en 4X4

 

Sur les routes d’Islande en ce mois de septembre, la température dans ces terres isolées est parfois féroce. La pluie, le vent, les arcs-en-ciel nous ont tenu compagnie tout au long de ce voyage.

J’ai fait la location d’un 4×4 de marque Suzuki Vitara, pour avoir la possibilité de rouler sur les routes de catégories (F) et plus particulièrement la F208 pour atteindre Landmannalaugar.

 

Je parcourrai le cercle d’or en empruntant la route (1) qui est la route principale du pays faisant  le tour de l’île et ayant une distance de 1332 km. Je remarque par contre qu’il n’y a pas d’accotement pour les voyageurs en cyclotourisme, mais le bitume est impeccable. Pour traverser les ponts, je dois être attentif, car ces petits passages sont accessibles qu’un véhicule à la fois. Il faut donc rouler les phares allumés en tout temps pour être bien visibles.

 

Reykjavik

J’ai débuté mon voyage dans cette ville qui est la capitale la plus septentrionale au monde.

La circulation y est très agréable et j’ai trouvé du stationnement gratuit tout près de l’église d’Hallgrimur (Hallgrimskirkja). La vue du haut du clocher de 736 mètres est magnifique.

De tout là haut, je repère même la rue Laugavegur.

Cette rue comporte de multiples boutiques de vêtements, de souvenirs et de restaurants. C’est la rue principale qui permet de relier les principaux centres d’intérêt de Reykjavik.

Le port est facilement accessible à pied depuis la cathédrale.

 

Geysir

Un trajet spectaculaire me mène dans la région de la vallée de l’Haukadalur.

Comme à tous les endroits en Islande, le stationnement est gratuit.

L’entrée sera également sans frais dans tout les sites touristiques.

Nous voyons au loin les vapeurs puissantes émanant du sol.

Tout d’abord tout semble calme, le fond est bleuté et l’eau ondule par moments. Le niveau monte et redescend. Ensuite, c’est parti! Une superbe boule bleue se forme avant de grandir un peu puis d’exploser violemment dans un bruit d’eau propulsé par la pression. Le jet s’élève jusqu’à atteindre 25 mètres de hauteur. Nous sommes mouillés et sentons la forte odeur d’œufs pourris.

Un petit sommet derrière les geysirs nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur la région et les fumerolles plus bas.

Landmannalauger

Cette région n’est accessible qu’en 4×4. La route est défoncée et parfois barrée par de grandes mares d’eau.

J’y ai accédé par la route F 208 qui semble-t-il, est la plus praticable en véhicule 4 X 4.

Il pleut abondamment cette journée-là, mais je trouve la conduite vraiment agréable dans les grands espaces qui nous entourent.

Après avoir traversé la nature aride, nous nous approchons des montagnes colorées de Landmannalauger qui se sont formées il y a des siècles.

Plusieurs petites randonnées sont accessibles depuis cet endroit, mais malheureusement aujourd’hui la pluie tombe sans arrêt. Un incontournable : un bain thermal naturel où l’eau chaude rencontre l’eau fraîche de la rivière. Il fait 5c à l’extérieur et l’eau est approximativement à 38c. Le décor est surréaliste, l’endroit est désertique et les moutons nous regardent nous prélasser dans l’eau bouillante.

 

Le trafic en Islande!

Le seul embouteillage que nous avons eu fut à la sortie de Landmannalauger.

De retour sur la route (1) une longue file de véhicules sont immobilisés. Puis tout à coup, j’aperçois des milliers de moutons dans les montagnes et sur la route, accompagné de cocher. C’est à ce moment que j’ai appris ce qu’était le RETTIR.Un jour dans l’année ou les propriétaires des moutons rapatrient leurs bêtes dans des enclos circulaires et compartimentés. Là, ils trient et récupèrent leurs moutons. C’est une journée extrêmement importante dans la vie des Islandais. Quelle chance d’être tombé par hasard sur cet évènement.

Le Vatnajokull

Ce glacier est le plus grand d’Europe. Nous y avons accès par plusieurs endroits tout près de la route circulaire. Le glacier recouvre plusieurs volcans actifs, qui sont à l’origine de la formation de nombreux lacs sous-glaciaires, grande particularité du site.

La pluie ne nous empêche pas de nous approcher pour contempler cette glace millénaire.

Avec l’aide d’un guide, plusieurs touristes ont payé le fort prix pour accéder sur le glacier. Le matériel de marche sur glacier est essentiel.

 

Jökulsárlón

C’est à cet endroit que nous retrouvons la plus grande concentration d’icebergs. C’est le plus grand lac glacial d’Islande. Ces immenses blocs de glace millénaires se détachent lentement du glacier Vatnajokull pour se retrouver dans la mer.

La couleur est bleutée, turquoise et certains icebergs ressemblent à des diamants.

Il y a même des phoques qui nagent parmi ces colosses de glace.

Ils se retournent et se fracassent les uns contre les autres. Le spectacle est impressionnant et nous laisse sans mots.. Nous n’avons pu résister à l’idée de lécher un iceberg échoué sur la plage de sable noir.

 

La route pour se rendre d’un endroit à l’autre est magnifique.  Les paysages changent jour après jour passant des rochers volcaniques recouverts de mousse verte, au noir intense pendant des heures.

Vik

Ce petit village de 300 âmes est très pittoresque, avec son immense boutique souvenir, sa station-service et son restaurant ayant comme spécialité, la soupe de mouton à volonté.

L’imposante falaise accolée au village, les superbes plages de sables noirs et ces célèbres pitons rocheux au large du village sont impressionnants.

 

Hébergements

Nous avons opté pour des guest houses et des auberges de jeunesse en dortoir. La première nuit se passe à Reykjavik, dans un dortoir à 10 lits. Mon copain Sylvain occupe le lit du bas et Jean le lit du haut. Sylvain ronfle tellement fort que les autres occupants du dortoir en viennent à secouer leur lit violemment pour tenter sans succès de le réveiller. Une nuit d’enfer pour tous les occupants. J’ai dû modifier mes autres réservations en auberge pour prendre des chambres privées à 3 lits!

Visiter l’Islande, c’est visiter une terre volcanique en constante évolution.

Les routes sont impeccables les occasions pour s’arrêter sont trop peu nombreuse pour toutes les beautés qu’il y a a voir. La visite dans cette terre volcanique ne laisse personne indifférent et les paysages désertiques sans arbres sont à couper le souffle.

Localisation

À la limite du cercle article polaire (Union européenne)

Population : 331 000 habitants

Point culminant : Hvannadalshnjúkur avec 2 109,6 mètres d’altitude

Température : en juillet 10c à 15c, septembre 5c à 10c

 

S’y rendre

Par avion : Vol direct  de Montréal vers Keklavik (40 km au sud de Reykjavik)

-Un vol par semaine

-Limite de bagages de 21 kilos et aucun service avec Iceland  air

-Environ 550$ aller-retour

 

Transport

Véhicule 4X4 Suzuki Vitara 835$/semaine

1600 km en une semaine

2$ le litre d’essence

Hébergement

Plusieurs Guesthouse et auberge de jeunesse sont disponibles (minimum 50$ la nuit par personne)

 

À savoir

Aucun visa n’est exigé.

Plusieurs guichets automatiques en ville (NIP à 4 chiffres).

Vent très fort, des vêtements imperméables et vêtements chaud sont de mise.

 

Texte et photos: Daniel Charbonneau

 

VOIR LE VIDÉO

 

 

Daniel a passé 20 ans à parcourir la planète. Après avoir fait quelques tours du monde, avoir visité plus de 70 pays sur les 5 continents, parcouru toute la Terre sainte, marché sur la Muraille, touché le Taj Mahal et Pétra, flotté sur la mer Morte, vu Angkor Vat,  mangé une panoplie d’insectes, il a visité l’Iran, les territoires Palestiniens, traversé des frontières à pied et à vélo, côtoyé la joie, la pauvreté et la mort dans un hôpital de Delhi. Et ce n’est pas fini…

conferencevoyage.ca

facebook.com/conferencevoyage.ca

 

 

 

Catégorie secondaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *