L’apprentissage en plein air : oui c’est possible!

L’apprentissage en plein air : oui c’est possible! Connaissez-vous le concept des garderies 100% nature? Courant pédagogique ayant pris naissance dans les pays scandinaves, les garderies en plein air ou en forêt gagnent en popularité dans plusieurs pays et sur plusieurs continents, notamment en Belgique, en Allemagne et au Japon. Développé au Danemark dans les années 60, le mouvement devient plus important en Suède au début des années 80.

 

La pédagogie extérieure emprunte le virage « uderskole » (école dehors) afin d’inclure le milieu naturel dans l’ensemble des apprentissages tout en ayant pour objectif le respect de la nature et l’éveil à la curiosité du monde en favorisant la découverte de l’environnement. Les enfants apprennent donc les cycles de la nature, le jardinage, l’alimentation biologique, la découverte de la faune et de la flore tout en bénéficiant d’un immense terrain de jeu ou les jouets préfabriqués sont exclus.

 

Des chercheurs espagnols ont fait un lien entre la présence d’espaces verts à proximité et la capacité des enfants à être attentifs et à mémoriser. Payam Davdand, coauteur de l’étude, commente les résultats de ces recherches par les effets psychologiques de la nature sur l’enfant sur le site The Atlantic :

 

« L’environnement naturel (…) fournit aux enfants des opportunités uniques d’apprentissage que ce soit en matière d’engagement, de prise de risques, de découverte, de créativité, de maîtrise des situations, d’estime de soi. Il inspire une variété d’états émotifs – comme l’émerveillement – et améliore les aptitudes psychologiques censées avoir une influence positive sur les différents aspects du développement cognitif ».

 

 

Le modèle de pédagogie scandinave

 

Le modèle de pédagogie scandinave mise sur le travail d’équipe et le respect des rythmes d’apprentissage. Les programmes suédois misent aussi à favoriser l’égalité entre les sexes en mettant de l’avant une pédagogie neutre, non genrée. Avec des garderies et des écoles dehors par tous les temps (Ur och Skur), la vie en plein air constitue l’axe central du projet. Développées dans les années 60 et 70, les garderies 100% nature accueillent les enfants à l’extérieur, beau temps mauvais temps, toute l’année.

 

Il faut dire que les pays scandinaves ont développé une culture du dehors pour l’exercice de la maternité. Il est fréquent que bébé fasse la sieste dehors dans son landau, été comme hiver afin d’acquérir un sommeil plus réparateur et bénéficier d’une meilleure santé globale.

 

Les garderies en plein air disposent d’un soutien pédagogique professionnel et sont subventionnées par l’État. Le réseau Skoven i skolen (la forêt à l’école) a produit un guide et des contenus d’apprentissage pour l’enseignement, élaboré par des professionnels accessibles en tout temps sur le site internet du réseau. Le documentaire NaturePlay de Dan Stilling d’une durée de 80 minutes traite de ce courant pédagogique et des bienfaits sur toute une génération. Le film met en lumière l’importance de la nature dans l’éducation des enfants et l’importance de jouer librement.

 

Les objectifs et bienfaits de la nature pour nos enfants

 

Ayant pour objectif premier de reconnecter les enfants avec la nature et de leur donner l’espace pour bouger, l’apprentissage en plein air gagne en popularité. Grimper aux arbres, mettre les mains dans la terre, se rouler sur l’herbe, se tremper les pieds dans un ruisseau, se construire un abri ou un jouet, cultiver des fruits et légumes, compter les roches, observer les oiseaux, tout devient une activité quotidienne à explorer et un terrain de jeu par excellence.

 

 

Selon plusieurs recherches de terrain, le contact avec la nature dès le plus jeune âge est associé à :

 

  • Une amélioration des fonctions motrices chez l’enfant
  • La lutte aux infections et le renforcement des défenses immunitaires
  • La lutte contre l’obésité infantile
  • Une amélioration des fonctions cognitives
  • Un plus faible taux d’absentéisme lié à la maladie
  • Une amélioration des capacités de concentration
  • Un contrôle et une maîtrise de soi amélioré
  • Le développement d’une meilleure confiance en soi
  • Le développement de meilleures habiletés sociales et au niveau du langage
  • Amène une conscience environnementale et un comportement plus responsable
  • Développe l’imagination et la créativité
  • Joue un rôle prépondérant dans le savoir-faire physique des enfants
  • Développement des capacités sensorielles de l’enfant
  • Donne un sens à tout ce qui est abstrait et facilite les apprentissages

 

 

Reconnecter les enfants avec la nature au Québec et au Canada

 

Une activité pédagogique réunissant près de 150 enfants a vu le jour en Mauricie dans le cadre du projet-pilote École forêt nature. Ce projet a été mis sur pied par la Coopérative Enfant Nature avec le soutien de plusieurs partenaires comme l’UQTR, Parcs Canada et le parc de l’île Melville. L’objectif est de rendre le projet disponible aux écoles du Québec et peut-être même obtenir une reconnaissance du ministère de l’Éducation.

 

En Nouvelle-Écosse, une école en pleine forêt a été mise sur pied pour la période d’avril à novembre par le groupe environnementaliste Sierra Club d’Halifax. Les enfants y construisent leurs propres jouets tout en renouant des liens avec la terre et leur conscience environnementale.

 

 

Le Québec partage plusieurs caractéristiques géographiques, démographiques et culturelles avec les pays scandinaves. Plusieurs spécialistes de l’enfance s’entendent maintenant pour dire que la carence en nature des enfants au Canada entraîne différents malaises, dont la myopie, l’asthme, la dépression ainsi que des retards sur le plan du développement d’habiletés motrices et d’aptitudes sociales. Aussi, le contact avec la nature offrirait une foule de bénéfice pour la santé infantile et une participation active de l’enfant.

 

 

Troubles déficitaires dus à une carence en nature

 

Ce trouble fait référence au fait que les enfants passent de moins en moins de temps en plein air, ce qui serait une des causes majeures de divers problèmes de santé, parfois graves ainsi que de troubles comportementaux. L’auteur Richard Louv a défini le concept de « troubles déficitaires dus à une carence en nature » dans son livre Last child in the woods comme un état bien réel et pouvant affecter la santé de l’enfant.

 

 

Texte: Isabelle Bouchard

 

 

Un commentaire pour “L’apprentissage en plein air : oui c’est possible!”

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *